Chapitre de livre

La nécessité de repenser l’enseignement de demain : une symbiose innovante et attendue entre connaissances, compétences, tâches éducatives et interactions

Anne Mai WALDER, Ph.D.

Publié dans : 50 ans d’éducation au Québec, Chapitre 16, chez PUQ. Ouvrage collectif sous la direction de Pierre Doray et Claude Lessard, ISBN 978-2-7605-4509-0

50 ans d'éducation au Québec

L’enseignement doit évoluer selon les besoins et défis de la société de demain engendrant de facto une modification des programmes de formation ou des curriculums. Trop souvent dichotomiques, connaissances et compétences s’avèrent pourtant inextricablement liées et indissociables.

Partant de l’idée que « La qualité d’un système éducatif ne peut excéder la qualité de ses enseignants » (McKinsey, 2007), le rééquilibrage, entre les éléments de la base de l’enseignement « Improving Instructional Core » (Elmore, 2008) soit le professeur, l’apprenant et le contenu, me semble un objectif atteint au Québec. Techniquement, il s’agit de soutenir un niveau élevé de contenu, de développer les connaissances et les compétences des enseignants et de promouvoir l’engagement des étudiants.

Pour la prochaine décennie, je suggère de se recentrer sur la tâche éducative proposée par le professeur et de la replacer au centre des préoccupations et surtout des interactions entre les trois éléments de base de l’enseignement pour ainsi construire un contenu de qualité habilement couplé à des tâches qui se déclinent sur divers niveaux de la demande cognitive des élèves et étudiants. Il s’avère indispensable de repenser la formation pédagogique des enseignants et leur soutien.

En s’inspirant du courant du SoTL (Boyer, 1990), créer une communauté vouée au développement de l’expertise en enseignement, comme une formation tout au long de la carrière professorale, permettrait de continuellement améliorer la pratique enseignante, les programmes et les curricula tout en soutenant activement tant l’innovation pédagogique que l’innovateur.