Les compétences de communication pédagogique en contexte pluraliste d’éducation. Chantal ASSELIN

Vol. 4, No.1. pp 63-71

Résumé : Dans le contexte actuel de l’apprentissage du vivre ensemble (MELS, 2005), la communication professeur – étudiants immigrants résidents permanents (RP), autant en ligne qu’en présence, prend diverses formes nuancées, obligeant la personne chargée de cours ou professeure, à développer d’autres compétences, lesquelles ne pouvaient émerger qu’en contexte pluraliste d’éducation (Leroux, 2016). Alors que Brassard (2016) illustre comment se manifestent les compétences de communication pédagogique, Asselin (2014) souligne ces difficultés communicationnelles, relevées par les personnes chargées de cours et professeures, peu importe le mode de diffusion du programme et des cours, ou des origines ethnoculturelles et linguistiques des acteurs impliqués. Si le vivre ensemble s’apprend en contexte scolaire, celui appliqué à l’intérieur d’une communication dite pédagogique en contexte académique, prend une importance considérable au Québec : l’augmentation du nombre total d’inscriptions d’étudiants résidents permanents (RP) à l’Université de Montréal, entre 2000 et 2009, y démontre la croissance de 156% de ce public étudiant (Kanouté et al., 2014). Ainsi, les auteurs présentés ci-dessus, montrent dans leurs recherches qualitatives que le vivre ensemble oblige chargés de cours, professeurs, et étudiants, à redéfinir leurs représentations de la communication pédagogique. Mais qu’en est-il du rôle des étudiants franco-québécois d’origine dans l’élaboration de cette nouvelle définition et pratique pédagogique?

Mots clés : communication pédagogique, compétences de communication, représentations sociales, rôles des enseignants et des étudiants, vivre ensemble

Télécharger l’article : Les compétences de communication pédagogique en contexte pluraliste d’éducation. Chantal ASSELIN